Winkel Mechelen gesloten!
Online winkel 24/7 open - Afhaling in Aalst mogelijk!
Google-score 4,7/5
  • Français
  • Comment traiter mes abeilles contre le varroa ?

    22 / Mar / 2022

    Comment traiter mes abeilles contre le varroa ?

    Le varroa constitue l’un des plus grands dangers pour les abeilles. Une fois que les dernières gouttes de miel ont été récoltées, les apiculteurs commencent le traitement de leurs amies ailées. Mais quel est le traitement le plus efficace ? Dans cet article, nous vous détaillons les traitements les plus connus.

     

    Acide oxalique

    Un traitement contre les varroas à l’acide oxalique peut se faire de deux manières : par dégouttement ou par pulvérisation. Dans le premier cas, une solution d'acide oxalique mélangée à du sucre sera versée entre les cadres. Dans le second cas, la solution sans sucre sera pulvérisée via les accès extérieurs.

    Étant donné qu’il existe deux méthodes, les abeilles peuvent être traitées contre le varroa par voie interne ou externe. Le traitement peut avoir lieu par temps chaud ou par temps froid.

    L'acide oxalique ne passe pas dans le couvain, ce qui signifie qu'il faut faire plusieurs pulvérisations pour que la nouvelle génération d'abeilles soit également traitée. Le traitement à l’acide oxalique demande donc davantage de travail que la plupart des autres traitements. L'avantage, c’est que vous ne perdez pas de couvain comme avec l’acide folique. La température n’intervient pas et le cout est supérieur à celui des autres traitements.

    Un sublimateur coute environ 150 euros.

    En outre, comme son nom l’indique, l’acide oxalique est un acide. Cela veut dire qu’il est néfaste pour l’être humain. En cas de pulvérisation, il est important de porter un masque, ainsi que des gens et des lunettes de protection. Si vous utilisez la technique du dégouttement, il faut également porter des gants et des lunettes.

    Acide formique

    Le traitement à l'acide formique se fait à l’aide d’un diffuseur installé sur votre ruche. Il doit rester en place une semaine afin que l’acide formique pénètre dans la ruche.

    Comme vous le constatez, cette méthode est moins chronophage que le traitement à l’acide oxalique, en plus d’être moins onéreux. Par ailleurs, l’opération ne doit être répétée que deux fois.

    L'acide formique pénètre dans le couvain. Le point positif, c’est que le varroa meurt dans le couvain, mais le point négatif, c’est que 20 % du couvain meurt dans le processus. Vous pouvez procéder au traitement par acide formique lorsque la température redevient stable et qu’elle est comprise entre 15 et 30°C.

    L'acide formique est dangereux pour l’être humain, même davantage que l’acide oxalique. Évitez à tout prix qu’il entre en contact avec votre peau et n’inhalez pas les émanations.

    Thymovar

    Le traitement à base de Thymovar est extrêmement simple : vous installez les bandelettes sur votre ruche et vous les laissez en place pendant 3 à 4 semaines.

    Le gros avantage, c’est qu’il est facile à utiliser. Le traitement est appliqué en quelques minutes. De plus, Thymovar n’est pas dangereux pour les humains ou pour les animaux : seuls les varroas en sont affectés.

    Après plusieurs traitements, les parasites développent toutefois une résistance au thymol, la substance contenue dans la solution. Question prix, il tourne aux alentours de 40 € par paquet, ce qui est légèrement plus cher que l’acide formique.

    Quant à la température, elle joue un rôle important, puisque la météo ne peut dépasser 30°C ou descendre sous 15°C. C’est une contrainte assez pénible, puisque les bandelettes doivent rester en place pendant plusieurs semaines.

    Acariens prédateurs

    Le dernier traitement est entièrement écologique et consiste à introduire des acariens prédateurs dans la ruche. Ces derniers se nourriront des varroas sans s'attaquer aux abeilles.

    Les acariens prédateurs ne sont pas dangereux pour l’être humain et leur prix est abordable. Par ailleurs, cette méthode est naturelle et n’implique pas l’utilisation de produits chimiques. Les acariens prédateurs peuvent être utilisés lorsque la ruche contient encore du miel.

    Par contre, les acariens prédateurs ne sont pas faciles à entretenir. Ils ne supportent pas les températures supérieures à 28°C. Il est préférable de créer un habitat pour les acariens prédateurs au fond de la ruche avec de la terre humide. Ils s'attaqueront ensuite à leur tâche d’eux-mêmes.

    Malheureusement, il est presque impossible de vérifier si les acariens prédateurs sont efficaces. Comme ils consomment les varroas, vous ne verrez pas tomber leurs cadavres sur le fond de votre ruche. Vous n’aurez donc aucune idée de l’ampleur de l’épidémie ou de l’efficacité des acariens prédateurs.

    Vous souhaitez davantage d’informations ? N’hésitez pas à nous contacter ou à vous inscrire à notre cours de base sur l’apiculture.

    Laisser un commentaire

    What are your experiences? Read or write a review here.

    *Votre adresse courriel ne sera pas publiée

    * Champs obligatoires

    Veuillez accepter les cookies afin de rendre ce site plus fonctionnel. D'accord? Oui Non En savoir plus sur les témoins (cookies) »